Community manager, c’est pas un vrai métier

LaptopVoilà ce que j’ai entendu récemment, et je ne vous cache pas que ça m'a fait bondir. Sachant que j’étudie en licence référencement, j’étudie le community management, l’e-réputation et je côtoie des alternants qui travaillent en agence d’e-reputation (dont l'excellent @Justin_Timmel qui officie chez Blueboat).

Je me suis donc un peu plus renseigné sur ce qu'est le community management et si cette activité peut être considérées comme un vrai métier.

L’activité du community manager

Le community manager a pour mission d’animer et de fédérer une communauté web. Plusieurs activités sont mises en place pour remplir cette mission :

  • La veille reste l’activité principale, le CM doit savoir ce qui se dit sur la marque qu’il représente et adapter sa communication en fonction. S’il travaille en agence, le community manager doit également connaître les différentes composantes de la communication du client.
  • L’animation de la communauté est bien évidemment primordiale, il faut la faire vivre avec des publications régulières (sur différentes plateformes, même si les réseaux sociaux sont largement privilégiés), des réponses aux éventuelles remarques, de la modération, etc.
  • La rédaction est la suite logique de l’animation, les contenus publiés doivent être rédigés pour répondre à un objectif précis.
  • Enfin, le community manager contacte régulièrement l’extérieur : il peut contacter des blogueurs influents pour leur présenter, par exemple, un jeu concours dont ils pourraient relayer l’info. Il contacte régulièrement les clients pour, entre autres, trouver une entente avec un client mécontent et comprendre quelle est l’origine du problème

Le salaire du community manager

Il ne faut pas se mentir, même si le travail peut être une passion, on en cherche d’abord pour gagner sa vie. Le salaire est donc une composante importante et démontre d’une certaine façon l’importance du métier.

La moyenne des salaires annuels se situe entre 20 000 et 40 000 € brut. Bien évidemment, l’expérience détermine en grande partie le niveau de salaire. Plus de la moitié des community managers juniors (moins d’un an d’expérience) peuvent prétendre à un salaire annuel allant jusqu’à 30 000 € alors que les séniors (plus de 5 ans d’expérience) sont rémunérés de 30 000 à 50 000 € voire bien plus.

Dans ce métier, les CM freelance facturent en général à un taux très bas : près de 50 % des freelances font payer une journée de travail moins de 200 €. Et, malheureusement comme presque partout, les femmes touchent en moyenne moins que les hommes, mais cette différence s’explique aussi par une expérience des hommes plus importante que celle des femmes.

Conclusion

Les données de cet article proviennent en majorité de l’étude menée récemment par RégionsJob et ANOV Agency. Ce que je retire de cette étude (bien plus complète que cet article, retrouvez là ici), c’est que pour un «faux métier», les community managers ont des journées plutôt bien occupées et gagnent des sommes non négligeables.

Et vous, amis lecteurs, comment considérez-vous ce métier ?

Catégorie Réflexions.

11 réponses à Community manager, c’est pas un vrai métier

  1. Youseo says:

    De passage, sue Veille Seo je suis complètement d’accord avec toi. Le métier de community manager est assez peut connu en France. Bien que tout le monde confonde son rôle et ses actions.
    Il y a quelques temps j’avais apporté même une suggestion d’évolution du métier en lui même. Toi qui est étudiant en licence référencement, j’aimerai avoir ton avis dans les commentaires sur cette analyse : community manager
    Merci

  2. phil says:

    Un community manager ou un bon community manager ?

    Sur le web tout est déclaratif, souvent sans diplôme et n’importe qui peut à peu près prétendre n’importe quoi.

    Comme pour tous les métiers émergeants les formations et les diplômes suivront permettant de mettre en exergue les profils sérieux.

    Wait and see ;)

  3. OxiDesign says:

    Bonjour Sylvain,

    À mon avis, on pense que le métier de Community Manager n’en est pas un car le CM ne fait souvent pas partie de l’entreprise.
    La plupart du temps ce poste est ajouté et cette personne est souvent considérée comme un élément extérieur.
    Ce travail reste encore assez flou pour de nombreuses personnes qui ne comprennent pas totalement en quoi ce métier consiste. Du coup, on assimile souvent les métiers du Web comme des « faux métiers ».

    Attention tout de même aux choix de prendre un Community Manager dans son entreprise.C’est mettre sa e-reputation entre les mains d’une seule personne. Le jour où cette personne quitte l’entreprise, vous vous retrouvez avec une communauté orpheline.
    Mieux vaut former 2 ou 3 membres de son équipe afin de ne pas se retrouver sans rien.

    A bientôt !

  4. Je suis d’accord avec OxiDesign. Il vaut mieux former des personnes internes à l’entreprise (spécialistes du domaine de compétence de l’entreprise et formés aux médias sociaux).

    Sous-traiter son community-management n’est pas une super option, certes on déporte les responsabilités ailleurs. Mais un spécialiste des médias sociaux ne sera jamais aussi compétent qu’un interne sur son domaine de compétence.

    Quant au métier de Community Manager, j’ai pas compris où sont tes arguments ?
    Ce n’est pas un vrai métier, pourquoi ? Je n’ai pas l’impression d’avoir eu la réponse à ce que tu affirmes en titre.

    Pareil : la différence de salaires homme/femme chez les CMs « s’explique aussi par une expérience des hommes plus importante que celle des femmes ». As-tu une source fiable pour affirmer cela ?

    Petite boulette à la fin : « Les données de cette article proviennent » <= CET article (je suis pas très recommandable en orthographe, mais bon :) "

    En tout cas, là où je te rejoins c'est sur le nombre d'activités du CM.
    Rien que la veille , seule, est un métier.

    Je pense qu'on regroupe plusieurs fonctions en une, car à forme de segmenter les métiers on a plus aucune vision globale. Un "community manager", interne à une organisation, est probablement une des personnes qui en sait le plus sur l'organisation.

  5. Sylvain says:

    @ OxiDesign : je pense tout de même qu’il existe d’excellents CM « externes », dont plusieurs s’expriment sur la toile. C’est vrai qu’un (ou plusieurs) CM interne reste préférable, mais parfois il faut également voir quel budget peut-être alloué à cette fonction ;)

    @ Jean-Daniel Boutet : même remarque qu’au-dessus concernant la sous traitance du CM ;)

    Jolie boulette en effet, corrigée immédiatement, merci ! Au sujet du titre de l’article, c’est une phrase que j’ai entendue et qui m’a un peu fait bondir, je pense le contraire. Le titre est surtout sous cette forme péremptoire pour faire réagir ;)
    Concernant les sources, elles proviennent de cette étude menée par RégionsJob et ANOV Agency que tu peux retrouver ici : http://www.slideshare.net/captainjob/enqute-les-community-managers-en-france-dition-2011

  6. Alesson says:

    Je pense qu’il s’agit peut-être d’une compétence de quelqu’un qui travaille avec le webmarketing. Cela dit, je connais beaucoup de CM qui n’ont pas des connaissances en marketing web…

  7. Mirage says:

    C’est un métier qui aura forcement des mutations, certainement pour se spécialiser encore sur des points plus précis. A l’heure actuelle cela fait fourre-tout, un peu comme à l’époque ou l’on disait webmaster pour un webdesigner, webdeveloper, gestionnaire de contenu, webmarketing etc.

  8. Thomas says:

    Bonjour Sylvain,

    Je me reconnait un peu dans cette phrase qui fait le titre de ton article. Mais je comprend également que cela te fasse rebondir, et en fasse rebondir d’autre.

    Selon moi, le community manager est une sorte de Golden Boy du web, un jeune trader sortie d’école qui rapporte un paquet de $ (ou d’€…) a son patron car c’est la tendance qui le veut.

    Le CM construit avec du préfabriqué. Il se greffe aux différents réseaux sociaux (principalement) et use du capital confiance que chaque internaute a accordé au site.

    Ce n’est pas parce que ce métier est « flou » ou « peu connu en France » que je pense cela. Pour moi, le CM existe déjà un peu partout : en agence, en freelance, en interne… nombreux sont ceux qui appliquent l’activité du CM, mais tous n’en ont pas le titre. D’autres se permettront même de se donner le titre sans en avoir les compétences.

    Comme dit Mirage, le CM est un métier (ou sera un vrai métier) au même titre que le webmaster des années 2000 est devenu une équipe composée de webdesigner, webdeveloper et référenceur.
    On divise et on se spécialise car la demande est croissante… autrement dit : Community Manager sonnent bien et ça se vent bien et il y a de l’argent à se faire.

    Ça se passe comme ca dans la prostitution publicité.

  9. Hélène says:

    C’est bien évidement un métier. Ce n’est pas tout d’ouvrir sa page facebook et de liker les quelques réponses que l’on peut avoir.

    Kookai je crois ont eu une mauvaise expérience. Leur fan page a été crée en interne, avec une personne du web à qui on a sans doute du dire: « tu verras, c’est pas sorcier ».
    résultat: aucune réponse, autorisé: « pour toute question est suggestion, veuillez écrire au service blabla BP 5041 Paris cedex ». Ils ont eu une masse de critique !

    Tout cela pour dire, que des erreurs, on en fait tous, tous les jours, pourtant, un professionnel pourra appréhender les choses d’une autre manière

  10. SheebyPanda says:

    Veille, animation, et il peut sous-traiter son activité à des blogeurs influents.
    Bah c’est comme conduire.
    C’est quelque chose que tout le monde fait, mais certains le font toute la journée.
    Est ce que les livreurs sont des pilotes ?

  11. Fred says:

    CM est un vrai métier certes, mais comme pour le développeur il y a à boire et à manger.
    Il y a CM et CM et comme j’ai lu plus haut, n’importe qui peut en effet se déclarer chef de la sécurité du monde libre. (façon de parler)
    Dernièrement j’ai vu l’attitude d’une célèbre marque de soda gazeux jaune sur sa page facebook à base de faux commentaires organisés en masse, et bien c’est en voyant ce genre de pratique, que je me dis qu’il devrait y avoir:
    - des règles de bonne conduite acceptées par tous
    - un diplôme reconnu par l’état

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Veuillez utiliser votre nom ou votre pseudo. Tout commentaire ne respectant pas cette règle verra son lien supprimé.