alt=

Mais qui est Sylvain Fouillaud ?
 vendredi 30 décembre 2011   Stéphane / Sylvain  89 vues

J'ai tenu à conserver l'article de l'ancien auteur de ce site Sylvain Fouillaud, qui parle de lui-même. Ci-après l'article qu'il avait écrit au sujet de lui-même. Je laisse le texte à la 1ère personne.


 

On pourrait se demander si cette publication ne serait pas le résultat d’un manque flagrant d’imagination pour cette fin d’année. Pas du tout ! Simplement, mon égocentrisme ultra poussé m’a convaincu de parler de moi.

On pourrait également croire que j’ai choisi d’écrire cet article tout bêtement pour être en première page de Google sur mon nom, Sylvain Fouillaud pour ceux qui ne le savaient pas encore, mais ce ne serait que pure spéculation :D Je vous laisse seul juge et je vais enfin commencer à parler de moi.

 

Il a fait quoi dans sa vie, ce Monsieur Fouillaud ?

Il n’a jamais rencontré Alain Delon, il a donc toujours parlé à la première personne et il va continuer ainsi.

Si aujourd’hui je fais du référencement, ça n’a pas toujours été le cas, loin de là ! Depuis que j’ai légalement pu le faire (ce qui ne remonte pas si loin que ça, j'ai seulement 23 ans), j’ai toujours eu des petits boulots étudiants. Pendant mon DUT - Techniques de commercialisation pour ceux que ça intéresse - j’ai pu survivre en tant que facteur (que ce soit à pied, en voiture ou à vélo, je n’ai peur de rien !) pendant les vacances d’été et/ou d’hiver et pompiste les week-ends.

Une fois le DUT en poche, je suis parti en Angleterre pour travailler dans un lycée en tant qu’assistant de Français. Honnêtement, si vous pouvez le faire, faites-le : le salaire est honteusement élevé par rapport au nombre d’heures que vous effectuez et vous avez énormément de temps libre. Si en plus vous travaillez moins d’un an là-bas, votre salaire n’est pas taxé, que demande le peuple ? Ce n’était pas ma première expérience dans ce pays, j’y avais déjà effectué deux stages de vente, dans un Lush et dans un Burton.

Retour en France un peu chaotique. Je ne trouvais pas de travail dans la branche qui me plaisait. C’était la crise mon bon ami, c’était la crise ! De plus, ce cher Pôle Emploi n’était pas capable de calculer les indemnités auxquelles j’avais droit, mon salaire précédent n’étant pas libellé en Euros. Je suis donc parti chercher du travail là où on voulait bien m’en donner et me suis retrouvé serveur dans un restaurant. Très bonne expérience et, comme on dit, «ça fait les pieds». Fin de la saison estivale, retour au point de départ. Je repars donc avec plusieurs CVs en poche et je finis par me faire embaucher en tant que libraire. C’est à ce moment-là que j’ai pu mettre en pratique pour la première fois ce que j’avais lu à propos du référencement.

La suite vous la connaissez, j’ai traversé la France pour reprendre mes études en licence pro référenceur et rédacteur web à l’IUT de Mulhouse.

Dis donc Sylvain, tu es bien gentil mais tu dois avoir des passions ?

Oui bien sûr ! La principale est et restera toujours la musique. Le blues et le rock en particulier, même si j’arrive à être assez ouvert, enfin je crois. Si j’écoute beaucoup de bluesmen comme Robert Johnson, Son House ou Howlin Wolf, je reste un très grand fan de groupes comme Led Zeppelin (qui osera dire que ce ne sont pas les meilleurs ? N’oubliez pas, les commentaires sont modérés !), les Doors ou plus récemment Les Guns N Roses (ceux des débuts, je tiens à le préciser), Noir désir ou les White Stripes.

Suite presque logique, je suis guitariste, et extrêmement passionné en plus ! Ceux qui ont vu mon appartement se sont d’ailleurs sûrement crus chez un receleur un peu louche, entre les guitares, les amplis et les chaines hi-fi qui ont toutes au minimum deux fois mon âge. Et j’ai aussi certainement soulé plus d’une personne qui a partagé un logement avec moi à force d’avoir toujours une guitare entre les mains.

Guitares et amplis

Promis, je referai un montage plus pro !

Si on s’éloigne de la musique, on va trouver la mécanique pas bien loin. Anglaise de préférence. Oui je sais, je suis un peu fou, mais un brin de folie ne fait pas de mal ! La voiture de mes rêves est une MGA cabriolet. L’élégance, la classe, le raffinement... Et les pannes aussi apparemment ! J’espère posséder cette voiture d’ici une dizaine d’années. Côté deux roues, je me vois parfaitement le séant posé sur la selle fine d’une Triumph Bonneville T100 : le charme à l’ancienne, mais un démarrage assuré tous les matins :D Si je quitte l’Angleterre, je me tournerai du côté allemand pour les voitures : une Porsche 901 ou une Coccinelle de chez VW, quoi de plus joli ? J’avais oublié de préciser : si la monture n’a pas minimum 10 ans de plus que moi (ou n’en a pas l’air), c’est même pas la peine de me la proposer ! Ma moto actuelle répond d’ailleurs (presque) à ces exigences. Obstiné, moi ? Si peu !

J’ai bien sûr d’autres intérêts qui me prennent moins de temps, comme la lecture. Je suis également amateur de photographie et photographe amateur, mais je ne développerai pas plus (facile, très facile. Ai-je précisé que je suis adepte des jeux de mots foireux ?)

Et sinon, qu’est-ce que tu ne fais pas ?

À une époque, je posais souvent cette question lorsque je rencontrais des gens, pour changer du sempiternelle «tu fais quoi dans la vie ?» Je vais donc me prendre au jeu, même si c’est tellement plus fun en face à face.

Je ne suis malheureusement pas rockstar, c’est pas l’envie qui m’en manque mais j’ai un emploi du temps assez chargé comme ça. Je ne peux pas me permettre de casser des guitares, de boire sans modération ou de poser mon autographe sur des soutiens-gorge.

Je ne compte pas non plus les cailloux dans les champs de blé, parce que d’une part il n’y en a pas beaucoup, et d’autre part parce que ça ne servirait vraiment à rien.

Enfin, je ne suis pas non plus un référenceur reconnu - tout au plus un débutant reconnu - mais j’y travaille activement !




Vous souhaitez poster un commentaire :
Cette adresse ne sera ni publiée, ni revendue...
Cette URL aura pour ancre votre nom
Facultatif
Facultatif
Facultatif