alt=

Linkbaiting : des liens sans rien faire ?
 vendredi 08 novembre 2013   Sylvain  382 vues


Aujourd'hui je vais prendre mon ton le plus grave et vous proposer une petite réflexion personnelle à propos du linkbaiting. Ça fait déjà bien sûr quelques mois qu'on parle de cette fameuse méthode qui apporterait gloire et liens à gogo à celui qui l'a mise en place, il n'y a rien de nouveau là-dedans.

Ce qui me gêne le plus, c'est que beaucoup de personnes vendent cette technique comme étant simple, relativement facile à mettre en place et surtout comme étant terminée dès la publication de la page sujette au linkbaiting. En pratique, il en est tout à fait autrement.

 

Mais c'est quoi le linkbaiting ?

On va commencer par un petit rappel sur ce qu'est le linkbaiting à mon sens. J'insiste sur ce point, "à mon sens", car il me parait déjà bien difficile de définir un concept aussi abstrait.

En théorie, le linkbaiting c'est l'acquisition de liens 100 % naturels (donc que nous n'aurions pas réclamés) vers un contenu particulier. Mais dans les faits, ça arrive quand même un peu tous les jours. Avoir la bonne surprise d'être cité quelque part avec un lien à la clé n'est pas rare, est-ce que pour autant nous pouvons estimer qu'il s'agit de linkbaiting ? Je n'en suis pas certain.

De mon point de vue, une bonne campagne de linkbaiting reçoit beaucoup de liens, depuis beaucoup de sites référents, et surtout qui amènent du trafic. Il reste maintenant à définir ce "beaucoup" et je vais m'en sortir avec une superbe pirouette en disant que ça dépend de votre secteur d'activité. Mais en gros, en dessous d'une quinzaine de domaines référents, je n'estime pas qu'on puisse considérer ça comme du linkbaiting.

Facile à mettre en place ?

Non, bien sûr que non. Il parait qu'il existe des méthodes magiques comme les interviews, les infographies, les tops, les tests, les coups de gueule, etc. Dans les faits, il est rare d'acquérir de nombreux liens simplement en publiant une infographie ou en interviewant une personnalité, aussi renommée soit-elle. Bien sûr ça peut arriver, mais le contenu ne doit pas se contenter d'être qualitatif, il faut beaucoup plus que ça.

Laissez-moi vous avouer une chose : je n'ai jamais réussi d'opération de linkbaiting, et je n'essaie d'ailleurs que très rarement tant le résultat est incertain et le risque fort. Sur Noviseo, j'ai deux article qui pourraient à la limite être considérés comme "article à linkbait" : le test twitter/SEO il y a près de deux ans (30 domaines référents d'après GWT) et l'analyse du not provided plus récemment (24 domaines référents d'après GWT). Petite démonstration de la "facilité à mettre en place".

Le test Twitter

Pour ce test, il a fallu :

  • créer une page sujette au test
  • lancer plusieurs vagues de communication sur Twitter
  • suivre les résultats
  • traiter les résultats
  • rédiger un article présentant le tout

Tout ça a été réalisé en une semaine.

L'analyse du not provided

Pour cet article il a fallu :

  • comprendre le fonctionnement du referrer Google
  • mettre en place un profil et des segments avancés sur Analytics
  • récupérer les données
  • s'assurer que les données correspondent à la réalité
  • trouver des solutions en croisant les données avec d'autres outils
  • rédiger l'article

Il y a donc beaucoup de temps là derrière, et en plus de ça beaucoup de jus de cerveau.

Le linkbaiting serait donc facile à mettre en place. Vraiment ?

Publier et attendre que ça vienne ?

Après la "simplicité de mise en place" du linkbaiting, la deuxième chose qui me met hors de moi quand on m'en parle, c'est d'entendre qu'une fois la page en ligne, il n'y a plus rien à faire. Il suffirait donc d'attendre que les liens pleuvent ? Non, bien sûr que non.

Il y a tout un travail de communication après ça. Si on a la chance d'avoir une grosse communauté très engagée sur les réseaux sociaux ou d'être reconnu comme leader d'opinion, le travail peut être facilité. Et encore, rien n'est moins sûr. Il est nécessaire de contacter des personnes, qu'il s'agisse de blogueurs influents, de journalistes, ou que sais-je encore, on ne peut pas vraiment réussir si personne n'est au courant de notre publication.

Il y a quelques temps, nous avons organisé sur Homelidays un concours d'une durée d'un mois et demi pour élire le meilleur blog voyage. L'objectif était uniquement d'acquérir du lien, pour le trust du domaine. À l'issue de ce concours, nous avons obtenu des liens depuis 40 domaines référents. Voici le déroulement, du côté des loges :

Avant le lancement, nous avons dû

  • lister un maximum de blogs de voyages francophones
  • filtrer ceux que nous souhaitions contacter en priorité
  • établir une logique de déroulement du concours
  • définir des lots (et les payer, bien entendu)
  • établir un règlement approuvé juridiquement (à payer également)
  • développer le système du concours (front et back)
  • créé quelques goodies que les blogs pourraient utiliser

Et vous me parliez de simplicité de mise en place ? Peu de temps avant le lancement et après celui-ci, nous avons

  • créé un document avec les bonnes pratiques pour récolter des votes (bizarrement, ces bonnes pratiques impliquaient souvent un article dédié au concours :-) )
  • contacté les blogueurs via un e-mail personnalisé
  • communiqué sur les réseaux sociaux
  • profité de l'envoi d'un e-mailing pour le communiquer à nos clients
  • monitoré le concours
  • maintenu un certain suspense en annonçant une partie du classement à deux reprises pour que les blogueurs communiquent à nouveau/pensent à le faire s'ils ne l'avaient pas fait
  • et bien sûr géré "l'après" avec détermination du gagnant, envoi des lots, etc.

Dans le genre "rien à faire après la publication", il faut avouer que nous avons déjà vu mieux. Tout ça pour acquérir des liens depuis 40 domaines.

Conclusion

Je termine ici et j'espère très sincèrement vous avoir ouvert les yeux sur la réalité du linkbaiting. Attention tout de même, on pourrait croire que je n'aime pas ça, au contraire je rêve de mettre en place régulièrement ce genre d'actions avec un succès phénoménal, mais le facteur coût et le facteur risque sont souvent des éléments ralentissants.

Attention également, bien préparer le travail, publier, communiquer et contacter les sites susceptibles de faire un lien vers le contenu ne garantit pas une réussite ! Il arrive qu'on fasse les choses bien comme il faut et pourtant à l'arrivée, ça foire.

Bait en anglais signifie leurre, je vais finir très facilement en disant que le linkbaiting comme solution facile, c'est un leurre. Voilà voilà, sur ce, je vous propose de faire quelque chose...

Pour la bonne cause

Je profite de cet article pour vous annoncer que cette année je participe au Movember. C'est quoi le Movember ? C'est un mouvement à la recherche de dons pour lutter contre le cancer de la prostate et le cancer des testicules, le principe c'est que les hommes fassent pousser une moustache pendant tout le mois de novembre pour engranger des dons. Donc si vous voulez me voir moustachu, et avec plein de photos ridicules, vous pouvez vous rendre sur mon "Mo-Space" (la première photo avec ma moustache, c'est pour ce soir !) Bien sûr, il est vivement recommandé de faire un don, même d'un ou deux euros, il n'y a pas de petites contributions ! Plus il y a de dons sur mon profil, plus je mettrai de photos ridicules :-)




Vous souhaitez poster un commentaire :
Cette adresse ne sera ni publiée, ni revendue...
Cette URL aura pour ancre votre nom
Facultatif
Facultatif
Facultatif