Linkbaiting : des liens sans rien faire ?

Espace de travailAujourd'hui je vais prendre mon ton le plus grave et vous proposer une petite réflexion personnelle à propos du linkbaiting. Ça fait déjà bien sûr quelques mois qu'on parle de cette fameuse méthode qui apporterait gloire et liens à gogo à celui qui l'a mise en place, il n'y a rien de nouveau là-dedans.

Ce qui me gêne le plus, c'est que beaucoup de personnes vendent cette technique comme étant simple, relativement facile à mettre en place et surtout comme étant terminée dès la publication de la page sujette au linkbaiting. En pratique, il en est tout à fait autrement.

Mais c'est quoi le linkbaiting ?

On va commencer par un petit rappel sur ce qu'est le linkbaiting à mon sens. J'insiste sur ce point, "à mon sens", car il me parait déjà bien difficile de définir un concept aussi abstrait.

En théorie, le linkbaiting c'est l'acquisition de liens 100 % naturels (donc que nous n'aurions pas réclamés) vers un contenu particulier. Mais dans les faits, ça arrive quand même un peu tous les jours. Avoir la bonne surprise d'être cité quelque part avec un lien à la clé n'est pas rare, est-ce que pour autant nous pouvons estimer qu'il s'agit de linkbaiting ? Je n'en suis pas certain.

De mon point de vue, une bonne campagne de linkbaiting reçoit beaucoup de liens, depuis beaucoup de sites référents, et surtout qui amènent du trafic. Il reste maintenant à définir ce "beaucoup" et je vais m'en sortir avec une superbe pirouette en disant que ça dépend de votre secteur d'activité. Mais en gros, en dessous d'une quinzaine de domaines référents, je n'estime pas qu'on puisse considérer ça comme du linkbaiting.

Facile à mettre en place ?

Non, bien sûr que non. Il parait qu'il existe des méthodes magiques comme les interviews, les infographies, les tops, les tests, les coups de gueule, etc. Dans les faits, il est rare d'acquérir de nombreux liens simplement en publiant une infographie ou en interviewant une personnalité, aussi renommée soit-elle. Bien sûr ça peut arriver, mais le contenu ne doit pas se contenter d'être qualitatif, il faut beaucoup plus que ça.

Laissez-moi vous avouer une chose : je n'ai jamais réussi d'opération de linkbaiting, et je n'essaie d'ailleurs que très rarement tant le résultat est incertain et le risque fort. Sur Noviseo, j'ai deux article qui pourraient à la limite être considérés comme "article à linkbait" : le test twitter/SEO il y a près de deux ans (30 domaines référents d'après GWT) et l'analyse du not provided plus récemment (24 domaines référents d'après GWT). Petite démonstration de la "facilité à mettre en place".

Le test Twitter

Pour ce test, il a fallu :

  • créer une page sujette au test
  • lancer plusieurs vagues de communication sur Twitter
  • suivre les résultats
  • traiter les résultats
  • rédiger un article présentant le tout

Tout ça a été réalisé en une semaine.

L'analyse du not provided

Pour cet article il a fallu :

  • comprendre le fonctionnement du referrer Google
  • mettre en place un profil et des segments avancés sur Analytics
  • récupérer les données
  • s'assurer que les données correspondent à la réalité
  • trouver des solutions en croisant les données avec d'autres outils
  • rédiger l'article

Il y a donc beaucoup de temps là derrière, et en plus de ça beaucoup de jus de cerveau.

Le linkbaiting serait donc facile à mettre en place. Vraiment ?

Publier et attendre que ça vienne ?

Après la "simplicité de mise en place" du linkbaiting, la deuxième chose qui me met hors de moi quand on m'en parle, c'est d'entendre qu'une fois la page en ligne, il n'y a plus rien à faire. Il suffirait donc d'attendre que les liens pleuvent ? Non, bien sûr que non.

Il y a tout un travail de communication après ça. Si on a la chance d'avoir une grosse communauté très engagée sur les réseaux sociaux ou d'être reconnu comme leader d'opinion, le travail peut être facilité. Et encore, rien n'est moins sûr. Il est nécessaire de contacter des personnes, qu'il s'agisse de blogueurs influents, de journalistes, ou que sais-je encore, on ne peut pas vraiment réussir si personne n'est au courant de notre publication.

Il y a quelques temps, nous avons organisé sur Homelidays un concours d'une durée d'un mois et demi pour élire le meilleur blog voyage. L'objectif était uniquement d'acquérir du lien, pour le trust du domaine. À l'issue de ce concours, nous avons obtenu des liens depuis 40 domaines référents. Voici le déroulement, du côté des loges :

Avant le lancement, nous avons dû

  • lister un maximum de blogs de voyages francophones
  • filtrer ceux que nous souhaitions contacter en priorité
  • établir une logique de déroulement du concours
  • définir des lots (et les payer, bien entendu)
  • établir un règlement approuvé juridiquement (à payer également)
  • développer le système du concours (front et back)
  • créé quelques goodies que les blogs pourraient utiliser

Et vous me parliez de simplicité de mise en place ? Peu de temps avant le lancement et après celui-ci, nous avons

  • créé un document avec les bonnes pratiques pour récolter des votes (bizarrement, ces bonnes pratiques impliquaient souvent un article dédié au concours :-) )
  • contacté les blogueurs via un e-mail personnalisé
  • communiqué sur les réseaux sociaux
  • profité de l'envoi d'un e-mailing pour le communiquer à nos clients
  • monitoré le concours
  • maintenu un certain suspense en annonçant une partie du classement à deux reprises pour que les blogueurs communiquent à nouveau/pensent à le faire s'ils ne l'avaient pas fait
  • et bien sûr géré "l'après" avec détermination du gagnant, envoi des lots, etc.

Dans le genre "rien à faire après la publication", il faut avouer que nous avons déjà vu mieux. Tout ça pour acquérir des liens depuis 40 domaines.

Conclusion

Je termine ici et j'espère très sincèrement vous avoir ouvert les yeux sur la réalité du linkbaiting. Attention tout de même, on pourrait croire que je n'aime pas ça, au contraire je rêve de mettre en place régulièrement ce genre d'actions avec un succès phénoménal, mais le facteur coût et le facteur risque sont souvent des éléments ralentissants.

Attention également, bien préparer le travail, publier, communiquer et contacter les sites susceptibles de faire un lien vers le contenu ne garantit pas une réussite ! Il arrive qu'on fasse les choses bien comme il faut et pourtant à l'arrivée, ça foire.

Bait en anglais signifie leurre, je vais finir très facilement en disant que le linkbaiting comme solution facile, c'est un leurre. Voilà voilà, sur ce, je vous propose de faire quelque chose...

Pour la bonne cause

Je profite de cet article pour vous annoncer que cette année je participe au Movember. C'est quoi le Movember ? C'est un mouvement à la recherche de dons pour lutter contre le cancer de la prostate et le cancer des testicules, le principe c'est que les hommes fassent pousser une moustache pendant tout le mois de novembre pour engranger des dons. Donc si vous voulez me voir moustachu, et avec plein de photos ridicules, vous pouvez vous rendre sur mon "Mo-Space" (la première photo avec ma moustache, c'est pour ce soir !) Bien sûr, il est vivement recommandé de faire un don, même d'un ou deux euros, il n'y a pas de petites contributions ! Plus il y a de dons sur mon profil, plus je mettrai de photos ridicules :-)

Catégorie Réflexions.

22 réponses à Linkbaiting : des liens sans rien faire ?

  1. Pierre says:

    Salut,

    Je suis totalement d’accord avec toi, cette technique est une parfaite illusion selon les secteurs d’activités. Je vois très mal un site régional de pompes funèbres faire régulièrement des opérations de linkbaiting pour améliorer leur visibilité.

    Dans le SEO, c’est possible, dans la majorité des domaines qui ont des communautés importantes présentes sur le web, c’est envisageable, mais pour le reste du monde, c’est mort.

    Est-ce que momo, le gentil serrurier va pouvoir rédiger un super article qui va attirer des milliers de liens venant d’un maximum d’IP différentes pour se voir propulser en tête des résultats de Google sur « serrurier paris » ?

    J’en doute vraiment…..

  2. Yann says:

    Hello,
    Tu dis au sein de cet article l’essentiel à propos du linkbaiting : « le linkbaiting comme solution facile, c’est un leurre. »
    Tout l’art de cette technique consiste à bien analyser la demande, les hots et trendy topics : ce qu’attendent les internautes, pour leur servir un sujet tout prêt censé fournir des réponses à leurs questions du moment. Mais comme tu dis, les résultats ne sont jamais garantis, il ne suffit pas de pondre un énième article intitulé « Dominer les Serps en 10 étapes » pour exploser les stats.

    C’est amha un subtil mélange de compétences, celles requises par le métier de concepteur-rédacteur, de community management et de journalisme.

  3. Emile says:

    Ah le linkbaiting… Tu sais quoi, je crois beaucoup plus en Dieu que dans cette prétendue « technique ». Ni je n’ai pratiqué, ni jamais linké un quelconque article même quand l’article était extraordinaire. Je l’imprime, le bookmark, le tweet, le like, tout ce que tu veux… oui je pourrai le linker si d’aventure je fais un article annexe dans le lequel je pourrai éventuellement le citer mais franchement… Bon. Et comme tu dis, c’est beaucoup de travail, d’énergie, d’incertitude… or perso je n’ai pas le luxe d’avoir de telles espérances. Désolé hein ca fait pessimiste mais mes links pour mon article, ma page, mon site… je m’en occupe :p Sinon j’imagine que cet article fait appel a un test ou une action particulière pour l’opé Movembre ? :)

  4. Thomas Cubel says:

    Bonjour,

    Je suis tout à fait en accord avec ce qui a été dit. On ne peut effectivement pas trop parler de stratégie de link baiting réussie si on a que quelques liens en retour.
    Faut que qu’un article fasse réagir naturellement ;)
    Merci pour cet article !

    Thomas Cubel

  5. SandrineK says:

    Bonjour Sylvain,
    Je confirme que cette technique est « consommatrice » de temps car il n’est pas possible de se précipiter pour rédiger à la va-vite sur son blog. Pour ma part, elle nécessite dans un premier temps de se mettre à la place de l’utilisateur et de se poser les questions suivantes : de quoi a-t-il besoin ? qu’est sont les sujets susceptibles de l’intéresser ? Que puis-je lui apporter ? Quel support sera le plus adapté ? Après c’est effectivement un long travail de recherches, de synthèse et de vérification. Après je suis tout à fait d’accord avec toi sur les liens qui vont se greffer. Ils vont énormément dépendre de la communauté associée au profil et les partages qui vont être générés sur les réseaux mais aussi sur les blogs et sites. Donc effectivement, on ne peut pas s’arrêter à la simple publication de l’article, le référencement n’est pas si simple que cela sinon tout le monde se retrouverait sur la page number 1. Je pense que la solution qui conviendrait le plus serait d’alterner articles de fond et articles plus courts afin d’espacer un peu plus le recours à cette technique, et ne pas consommer tout son temps précieux et nécessaires à d’autres travaux. Sinon je pense qu’avec cet article, Sylvain, la technique du linkbaiting t’a pris beaucoup moins de temps, si je n’me trompe ? En tout cas on est très impatient de voir la suite de tes photos :-)

  6. Victor Lerat says:

    Enfin quelqu’un de censé dans ce monde de marketeux qui réinvente le netlinking à leur façon. Bon bien sûr tu n’est pas le seul et il existe des dizaines d’autres SEO (et même de bon marketeux) qui reconnaissent les difficultés du linkbaiting.

    Pour ma part je n’ai jamais réalisé d’action dans ce sens car comme tu le dis c’est totalement irrégulier : la réussite n’est pas toujours celle que l’on attendait au départ.

    Je vais lancer une action dans les prochains mois et j’espère ne pas me louper. Je pourrai en reparler si c’est un succès et même si ce n’est pas le cas d’ailleurs ;)

    A bientôt !

  7. Le truc rigolo est que je montais des opé de Linkbaiting bien avant que le Web existe, quand je bossais dans le marketing et la comm. On appelait ça du marketing viral.
    Bien sûr que ça marche encore, mais il faut prendre en compte certains ingrédients.
    Par exemple, tu parles de communauté. C’est la première régle : construis d’abord ta tribu (leaders d’opinion, influenceurs, toussa,…) et ensuite propager tu pourras. Ensuite, il faut la matière. Même si tu penses avoir l’idée géniale, rien n’est jamais garanti. Il faut rentrer dans un groove pour produire continuellement une certaine matière à orientation sociale. Dans la majorité des cas, tu lances un truc et ne recommence pas car ça n’a pas marché. Puis bien sûr qu’il faut faire de l’outreach – en tout cas pour commencer via sa tribu. Si ton truc est bon, alors il finira de se propager tout seul. Pas la peine d’appeler ça du linkmarketing ou var_marketing, car ce sont les mêmes bons vieux tuyaux qu’on utilise depuis la nuit des temps.
    L’état d’esprit que j’essaye de communiquer dans ma conf sur le social media marketing peut s’appliquer au linkbaiting. http://www.laurentbourrelly.com/blog/1333.php

  8. Erwan says:

    je comprends pourquoi tu parles de 50 liens référants pour qu’une opération soit vraiment valable mais pour moi le linkbaiting peut aussi être l’affaire de tous les jours, de chaque instant. Avoir une stratégie de création de contenu de qualité permet d’être relayé ailleurs alors que le même site qui aborde ces sujets avec moins de sérieux, moins de clarté aurait moins de chance d’être relayé.

    alors oui c’est dur et encore plus dur quand on n’est pas connecté à un réseau de journalistes ou qu’on a pas la notoriété de grands médias mais certains ont réussi à le faire. C’est possible, il suffit « juste » d’avoir l’idée sur 1000 qui est la bonne.

  9. joris says:

    J’ai la technique ultime il suffit de voler un lama de l’emmener dans le tramway et de prendre en photo et de twitter un petit coup et c’est parti ;) de rien pour l’astuce

  10. christian says:

    Bonjour à tous,
    Je ne suis pas un pro du référencement, mais je pense que cette technique n’est utilisable que pour les marques à forte notoriété. Comme le dit Laurent Bourrelly, c’est une forme de marketing viral. Si le site a une forte audience sur les réseaux sociaux, les liens seront nombreux mais pour les autres sites les résultats risquent d’être décevants au regard du travail effectué.
    Est-ce que je me trompe ?

  11. alex says:

    Salut, me revoilà et cette fois ci j’ai bien lu le communiqué du début jusqu’à la fin qui d’ailleurs est une très bonne initiative de ta part ( la moustache ne te va pas du tout)
    donc pour le ridicule on est sur lol
    Bref j’aimerai beaucoup que tu te penche encore plus dans les méthodes du linkbaiting : les interviews, les infographies, les tops, les tests, les coups de gueule…..
    Peut être pour le prochain article ?

  12. Jessica says:

    Article très intéressant.
    En effet, la technique du linkbaiting est plus appropriée à certains secteurs d’activité.
    C’est vrai qu’il y a des domaines où les lecteurs vont se contenter de prendre l’information dont ils ont besoin, et que si la cible n’est pas très présente sur le web, ce sera beaucoup moins simple de récupérer des liens derrière.
    Finalement, le concept étant flou et les conséquences incertaines, il faut s’efforcer de produire continuellement du contenu de qualité, espérant avoir des retombées par la suite.
    Certains s’efforcent de faire du linkbaiting mais en vain, d’autres en font sans forcément chercher à en faire …

  13. Je pense aussi que le linkbait, c’est quelque chose qui vient naturellement avec des éléments prépondérants comme la qualité et la cohérence de son auditoire, de ses contenus ou encore la façon dont on va diffuser l’info. C’est ça qui va définir la manière dont on va être linkbaité (positivement, négativement ou pas du tout).

  14. je suis tout à fait d’accord avec toi, le linkbaiting c’est pas aussi facile que ça en est l’air, il faut l’idée, la valider d’une quelconque manière, la développer, la « pousser » et enfin tout contrôler.
    je pense qu’il faut être dans une logique de création de contenu régulier afin que cela puisse marcher (ou alors vraiment avoir LA bonne idée au bon moment tout en ayant les moyens (coût financier, temps, staff) pour que cela ramène à une bon amas de domaine référants. Mais bon, des fois il faut aussi compter sur la chance (mais attention pas trop!)

    Avoir cette logique de création régulière nécessite cependant une certaine organisation qui certes ne s’acquiert pas dès le premier contenu, mais au fur et à mesure que l’on lance des contenus destinés à faire du linkbaiting.

    Enfin, il est vrai que l’on a tendance à ne pas redévelopper de contenus avec lesquels nous avons déjà échoué. Or, je ne pense pas qu’il faille s’arrêter là. S’il l’on a échoué, ce n’est pas forcément car le contenu était mauvais, il peut s’agir de la façon dont on s’est adressé, prospecté pour des domaines référants, ne pas s’être adressé à la bonne personne, n’avoir pas utiliser le bon ton et style, n’avoir peut-être éventuellement pas bien défini la cible, ou plutôt le type de sites où l’on souhaitait avoir un lien/qui nous cite.

    Bref, pas facile tout ça, mais je pense que c’est une plutôt bonne technique, qui certes demande de l’investissement, mais peut arriver à terme à des domaines référents (peut-être peu, mais de bonne qualité).

    Pour finir, bon courage pour Movember! J’ai commencé aussi! N’hésitez pas aussi à me soutenir!
    J’ai par ailleurs lancé un petit projet personnel, en quelques sorte en rapport avec ces deux univers: les moustaches (ben faut bien), et les moteurs de recherche: Goostache.com. J’espère que ça vous plaira! ;)

  15. Matthieu says:

    Tout à fait d’accord, c’est un boulot de titan d’organiser tout cela, sans compter les ressources pécuniaires que cela implique.
    Dans le genre facile, on a déjà vu mieux !
    J’en sais quelque chose après le concours qu’on a organisé pour Halloween (Vampires ou Zombies) sur Facebook. Bon quand on voit que les 10 000 participants ont été dépassés (ça fait pas 10 000 domaines référents par contre…), ça fait tout de même plaisir :) .

    Et pour movember, chez Déguiz fêtes on le fait également, mais à notre façon (pour voir ma tête et celle des collègues sur le blog : http://www.deguiz-blog.fr/2013/11/06/movember-pousser-moustache/). En tout cas, bravo pour ta participation plus active que la notre !

  16. référencement naturel tunisie says:

    salut,
    Je suis tout à fait en accord avec ce qui a été dit. On ne peut effectivement pas trop parler de stratégie de link baiting réussie si on a que quelques liens en retour.bref
    merci de nous en avoir fait profiter. article très pertinent comme tous les autres d’ailleurs, je vous en remercie

  17. rédaction web says:

    Et bien pour ma part, je dirai seulement que le linkbaiting a ses bons côtés et ses mauvaises. Les mauvais côtés, tu en a déjà mentionner quelques uns. Mais, n’oublions pas ce qu’il y a de bons, comme par exemple la rapidité d’obtention de liens.

  18. Richard says:

    Le linkbaiting reste sans doute la meilleure façon de créer des liens, et la façon la plus naturelle qui soit.

    Et comme tu le dis si bien dans cet article, ce n’est pas compliqué de faire du linkbaiting : cela prend du temps. Il faut trouver une idée originale, ou alors traiter un sujet déjà existant de manière différente et/ou exhaustive. En général, ce sont les contenus les plus fournis ou originaux vers lesquels nous avons tous tendance à faire des liens naturellement.

  19. Location Paris says:

    Ton article a éveillé ma curiosité, lorsque tu publies un article sur ton blog tu as déjà à l’avance le contact avec des sites qui pourraient être référents?
    Bonne initiative pour la participation au mouvement Movember, je vais aller voir tes photos pour rigoler un peu!
    Merci pour ton article.

  20. philippe says:

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous avez souligné! Ce qu’il faut retenir essentiellement dans la méthodologie du linkbaiting, c’est d’avoir un contenu solide et riche en information et de redévelopper ce qui a été éliminer. Le reste est tenu par le lecteur.
    Merci pour la pertinence de cet article!

  21. raihana says:

    pas facile tout ça, mais je pense que c’est une plutôt bonne technique, qui certes demande de l’investissement, mais peut arriver à terme à des domaines référents (peut-être peu, mais de bonne qualité).

  22. fabien says:

    Un article d’actualité! En fait, le Linkbaiting consiste essentiellement à faire avancer les blogs et susciter des liens. Sachant qu’il reste toujours insuffisant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Veuillez utiliser votre nom ou votre pseudo. Tout commentaire ne respectant pas cette règle verra son lien supprimé.